AIDAN BAKER
at the base of the mind is coiled a serpent


cd 5 tracks - 56' 38'' - harp9 - 2004

shipping to france
shipping to other countries

more info : http://listen.to/aidan

Reviews of AIDAN BAKER- at the base of the mind is coiled a serpent

All Music Guide (janvier 05)
Aidan Baker released nine solo albums and EPs in 2004, a staggering number that betters his 2003 score by one. Of course, discographies are no races, but a release schedule like that is punishing for the collector. At the Base of the Mind is Coiled a Serpent came out in late 2004 on the small French label Le Cri de la Harpe. This is a professional manufactured CD (not a CD-R) and the album is not advertised as a limited edition release, which makes it a short-list pick if you consider digging into Baker’s œuvre. This is an electric guitar-only opus -- no poetry, no guest musicians, no extra instruments (played or sampled). The source material is taken from a live performance in Baker’s hometown of Toronto, in April of 2003. The recordings were later manipulated and “restructured” into the five 10+minute pieces presented here. As usual, the music evolves gradually through additions and subtractions of layers of guitar loops ranging from shapeless growls and pulsing waves to soaring volume-pedaled melodies. Sound quality is in Baker’s better average, although tape (or amplifier) hiss can still be heard in the quieter moments, such as the end of Endionrra and most of Esken. Khiondhecwi ranks as one of the guitarist’s very strong pieces: it has atmosphere and soul. Endionrra provides the most rhythmic moments, gradually edging toward something almost dancefloor-friendly -- as close Baker gets to House Music with his solo guitar set-up. At the Base of the Mind is Coiled a Serpent is an elegant release that fans of Baker will surely find pleasing, and it can also offer a nice starting point for the newcomer. Just don’t expect anything new or surprising if you are already acquainted with his work.
(François Couture)

Indiepoprock.net (webzine 2004)
At the Base of the Mind is Coiled a Serpent: voilà un titre bien mystérieux et donc relativement ouvert aux interprétations, pour un disque qui ne l'est pas moins... Basé au Canada et auteur d'une discographie fleuve (le plus souvent sur format cd-r), Aidan Baker débarque cette fois en France sur Le Cri De La Harpe avec ce nouveau disque. Cinq titres, pour une heure de paysages sonores durant laquelle la recherche de repères sera bien vaine. Des parties de guitares enregistrées "live" puis retravaillées pour former d'épaisses couches sonores et autres drones. Bref, un océan sonique la plupart du temps paisible, transcendant l'instrument qu'est la guitare et, en l'occurence, de la plus belle manière! Ce n'est pas le genre de disque que l'on analyse; on appuie sur lecture, pour ensuite se laisser porter sans se poser de questions, tant les images viennent d'elles même. Malgré un artwork discutable, il faut bien reconnaître que At the Base of the Mind is Coiled a Serpent est une excursion fascinante dans les entrailles d'un ambiant-post rock des plus fins. (jul)

Vital Weekly Staalplaat (n° 452)
More Aidan Baker's music launched into the world. I got this album on cdr first from Aidan, but then I also got it from the label Le Cri De La Harpe which released it on cd with a wonderful cover design. The music is more on the ambient, calmer side, which is fine to hear from Aidan. As with the previous live release 'Field of drones' I reviewed in Vital 447, all sounds here are produced by electric guitar too, something Baker is known for - making droney ambience with guitar as a main instrument. Most of the tracks here are longer, more than 10 minutes. The atmosphere is mostly relaxed, stretched ambient passages. The source material is recorded live in Toronto in April 2003 and then re-worked, manipulated and restructured in July 2003, so this may be a studio counter-part of the completely live record 'Field of drones'. Aidan Baker produces a lot of music, keeping a decent quality level. Another fine album, nice to see it on cd. (BR)

Autres Directions (webzine 2004)
Autres beaux paysages sonores paraissant en France ces temps-ci : Le Cri De La Harpe publie le nouvel album d’Aidan Baker, At The Base Of The Mind Is Coiled A Serpent. Là aussi : cinq plages, une heure de musique. Ayant pratiqué le post-rock ou la drone, Baker, musicien basé à Toronto, a publié une vingtaine de disques ces deux dernières années. At The Base Of The Mind est un opus d’ambiant plus bruité que celui de Wessmann, fabriqué à partir de boucles de guitares enregistrées live et retravaillées. De cette multitude de couches bouclées en un rythme binaire, l’esprit ne décèle que petit à petit les détails qui se muent, ces micro-métamorphoses au cœur-même de l’abstraction organique et dronique. Evidemment, en apnée dans cet magma inquiétant, mais tout aussi étincelant, on a vite fait de s’oublier. (stéphane)

Touching Extremes (webzine 2004)
The subtle line dividing pure pleasure and blissful discomfort is often walked over by Aidan Baker in this album, of which the basic live tracks were later "reworked" in studio. Using his signature guitar loopscapes like a paintsprayer on a wall, Aidan applies a series of modifying modulations that are sonically charming and menacingly undulating, in a rapture of echo and flanger spreading all over the place. Even in the more dissonant juxtapositions, Baker's stamp is totally his own: this music is never evil-tempered as it offers instead a placatory, almost ritualist bewitchment bringing more answers than questions. The Canadian guitarist is a thoroughbred enticer to otherwordly scintillations of lucid dreams and this recording is yet another chapter in a long book of aural rewards. (Massimo Ricci)

Facteur 4 (webzine 2004)
Vous cherchiez la bande son de vos rêves les plus étranges ? Ne cherchez plus, Aidan Baker, avec la discrétion la plus sobre, vous l'a concoctée, pieusement, patiemment. De vastes et denses volutes se meuvent dans un espace tout en résonnances ; de lentes transformations les parcourent et les amènent vers d'autres formes inattendues. Des réminiscences (à la hauteur) du Ambient4 On Land de Eno viennent frôler nos sens en alerte bien qu'hypnotisés par ces cinq longues pistes de pure beauté languissante.
Les sons de guitare électrique auscultés, disséqués, fragmentés, étirés, réassemblés, recontextualisés, demeurent la substance du disque et rejaillissent, après manipulations, dans une coulée de lave aux accents mystiques.
Après une bonne vingtaine d'enregistrements solo sur divers labels (Arcolepsy, Mystery Sea, Mechanoise, Sonic Syrup, Angle, Drone, ...) et maintes collborations et participations à divers projets, c'est en France que l'hyperactif Baker de Toronto trouve un hôte de choix en la structure opiniâtre du Cri de la Harpe. Les choix esthétiques respectifs et âprement défendus par le musicien et le label se superposent magnifiquement, le temps d'un disque organique, où les textures s'entremèlent de manière hypnotique, le temps d'un rêve hors temps.
(sg)

Positive Rage (webzine 2004)
Les fans du cri de la harpe savent à quoi s'attendre. Les autres sont prévenus : la démarche est hyper aventureuse, originale et des plus radicales. Cet album (il y a comme quelque chose qui ne va pas là… comme si le terme ne parvenait pas à désigner ce dont je parle, comme s'il était trop réducteur) est composé de cinq longues pistes musicales entièrement instrumentales, fruits du travail de bidouillage, de manipulation, de restructuration d'Aidan Baker à partir d'un matériau de base simple : des sons de guitares. Techniquement, cette sculpture sonore est véritablement impressionnante. Pourtant, quand on n'est pas habitué à ce type d'ambient minimaliste poussé à l'extrême, on se sent un peu démuni, comme si on ne possédait pas les clés de lecture de cette œuvre planante et hypnotique. Et au final, on a du mal à ressentir le plaisir que son auteur a dû éprouver lors de son élaboration.

adecouvrirabsolument (webzine 2004)
Petit rappel à tout ceux qui par bonheur dans cette époque actuelle sont victimes d'une alzeihmer foudroyante, il est dangereux de voyager. Les avions percutent des tours ou s'écrasent comme des fléchettes sur des cibles , les bords de mer sont souillés ou ravagés par des vagues comme des tours et enfin l'alimentation peut vous réserver une des dernières maladies à la mode, entre destruction passive ou ravalement de tuyauterie. Non vraiment, il va de soit que les agences de voyages vont finir par fermer boutique et se recycler dans la vente de disque au premier desquels se postera ce nouvel album d'aidan baker, voyage en solitaire au milieu d'un nulle part sans equimose, sans relief défiguré. En cinq mouvements rectilignes, aidan baker se prend pour un nouvel apprenti sorcier prenant avec une convenance sans faille, possession de vos moyens de votre intelligibilité pour ne plus vous la rendre qu'à la fin de ces cinq morceaux. Paysage en façonnage perpétuel ou grande musique pour sédentaires effrayés, disque depaysant tout simplement. (Gerald de Oliveira)


NEWS - RELEASES - CONTACT - LINKS